Comprendre Ethereum

ethereum.jpg

Si vous êtes intéressé par les cryptomonnaies, et que vous souhaitez étendre vos connaissances au-delà de Bitcoin, vous allez rapidement tomber sur Ethereum. Mais pas toujours facile de bien saisir de quoi il s’agit. Je vous explique tout.

 

Qu’est-ce que Ethereum ? 

Tout comme Bitcoin, Ethereum est un protocole décentralisé et autonome basé sur la technologie blockchain. La décentralisation du réseau lui confère l’avantage d’une sécurité accrue. N’étant pas sous le contrôle d’une seule entité, elle ne peut être sujette à d’éventuelles attaques vers un seul point individuel de défaillance comme cela est possible sur des sites tels que Facebook, Amazon ou Google.

Malgré cette similitude, il faut bien comprendre que Bitcoin et Ethereum sont deux projets distincts aux objectifs complètement différents. Bitcoin est la première cryptomonnaie créée, et son objectif est d’assurer un système de transfert de valeur international qui soit décentralisé, autonome, ultra-sécurisé, infalsifiable et non-censurable. Ethereum est quant à lui une plateforme open source décentralisée permettant aux développeurs de réaliser et déployer dessus des applications web décentralisées (dAPPs).

Ethereum offre la possibilité à n’importe quel développeur de coder sur la blockchain Ethereum ses programmes décentralisés. On peut imaginer Ethereum comme un ordinateur mondial public ultra sécurisé, allumé 24h/24h sur lequel n’importe qui peut coder et déployer ses programmes. Ethereum a en quelque sorte pris la technologie derrière Bitcoin pour ensuite étendre ses capacités, en proposant plus de fonctionnalités et une meilleure agilité.

 

Qui a créé Ethereum ? 

Ethereum a été créé fin 2013 par Vitalik Buterin. Ce jeune programmeur Russo-Canadien, passionné par Bitcoin était convaincu que cette cryptommonnaie était intéressante mais limitée en matière de fonctionnalités.

5a463c69b0bcd5ab188b73f9-750-500.jpg
Vitalik Buterin, fondateur d’Ethereum

 

Il décide alors de lancer Ethereum, notamment accompagné de Joe Lubin, Gavin Wood  (co-fondateurs d’Ethereum) et Charles Hoskinson (actuel PDG de Cardano). Ils finalisent une première version du protocole Ethereum un an plus tard et lèvent 19 millions de dollars pour financer le projet. Ethereum devient très vite populaire au sein de l’éco-système des cryptomonnaies, notamment parce qu’elle est la première blockchain à intégrer l’utilisation des smart contracts, contrats intelligents en français.

 

Qu’est-ce qu’un Smart contract ? 

Le smart contract (contrat intelligent) en français est un contrat programmable automatisé entre deux ou plusieurs parties. Le concept de smart contract fut établi au milieu des années 1990 par Nick Szabo, scientifique et cryptographe. Ce n’est que lorsque toutes les conditions du contrat définies aux préalables sont réunies, qu’il s’exécute automatiquement sur la blockchain. Le smart contract fonctionne comme toute instruction conditionnelle de type « if – then » (si – alors). Il ne nécessite pas l’intervention du tiers de confiance. Les conditions du smart contract sont codées informatiquement sur la blockchain à l’aide de Solidity, le langage de programmation de la blockchain Ethereum.

Screen Shot 2019-02-02 at 20.30.07.png

Ethereum fonctionne avec une cryptomonnaie, l‘Ether, qui sert à payer l’exécution de la transaction. Pour s’exécuter, le smart contract à besoin de ce qu’on appelle « gas » (de l’essence en français).  L’Ether est alors nécessaire pour acheter du gas.

 

Smart contracts : avantages

Outre le gain de vitesse, d’économie en coût de vérification et d’arbitrage, le smart contract permettre d’offrir un système sécurisé et immuable tout en se passant du tiers de confiance. Et c’est dans cela que réside la véritable innovation du contrat intelligent. À travers cette technologie  Ethereum vise à bâtir un monde sans intermédiaires où les clients et les services sont en directement en contact. Ethereum représente aujourd’hui l’une des applications les plus prometteuses de l’industrie des cryptomonnaies.

 

Quels cas d’applications pour les smarts contracts ? 

Le smart contract c’est bien beau sur le papier, mais si l’on ne peut pas le mettre en application dans la vie courante, ça ne sert pas à grand-chose. On peut imaginer son utilisation pour tous les contrats simplifiés et automatisables, bien adaptés à des situations précises dont l’issue est facilement vérifiable.

Prenez par exemple l’assurance retard/annulation vol sur les billets d’avion. Dans ce cas, le contrat relie le client dont le vol a été retardé ou annulé à l’assurance désignée pour rembourser ce client. Avant son trajet, le passager souscrit une assurance retard/annulation vol, via un smart contract sur la blockchain Ethereum, pour être dédommagé en cas d’annulation ou de retard de son vol. La blockchain Ethereum est connectée en temps réel à l’aéroport. Dès qu’un vol est en retard ou annulé, elle récupère la liste des passagers présents sur ce vol. Elle recherche ensuite dans cette liste tous les passagers ayant souscrit le smart contract assurance retard/annulation vol. Toutes les personnes ayant souscrit cette assurance sont alors remboursés instantanément. Cette technologie peut s’appliquer à pleins d’autres services comme les sites de paris sportifs, le financement participatif, Airbnb, Uber…

 

Ethereum : conclusion 

Ethereum est aujourd’hui la plateforme de dapps et de smart contracts la plus mature de l’écosystème des cryptomonnaies/blockchain. Avec déjà plus de 1000 applications décentralisées, le protocole de Vitalik Buterin possède une avance considérable sur ses concurrents. Ethereum détient la plus grande communauté de développeurs. Elle ne cesse de contribuer au développement du protocole entraînant un développement rapide de l’écosystème. De nombreux experts s’accordent pour considérer Ethereum comme une technologie disruptive s’apprêtant à complètement changer la façon dont Internet mais aussi de nombreuses industries fonctionnent.

Ethereum est néanmoins confronté à des défis de taille. La compétition est rude et des blockchains comme Cardano, EOS, NEO et Tezos sont des concurrents directes d’Ethereum. À cela s’ajoute des préoccupations concernant sa sécurité, sa scalabilité  (passage à grande échelle),  et son expérience utilisateur (facilité d’utilisation par tout-un-chacun), qui doivent être améliorées si Ethereum souhaite rester le protocole leader dans sa catégorie. Les mises à jour Constantinople, Casper et Sharding sont notamnent attendus. Reste à voir si elles se traduiront part de réelles améliorations.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s